Back
Image Alt

Quel régime fiscal choisir pour une location meublée ou non ?

Choisir son régime fiscal est une partie importante afin d’optimiser au mieux ses revenus locatifs. Les différences fiscales peuvent vous aider à prendre une décision. En effet, le choix d’une location meublée ou non impacte le régime fiscal des revenus locatifs. En faisant le bon choix, vous pourrez augmenter la rentabilité de votre investissement locatif. Location meublée ou vide : quel régime fiscal choisir ?

Location meublée

Dès que vous entamez une activité de location meublée, vous devenez Loueur en Meublé Non Professionnel (LMNP). Les profits qui résultent de cette location meublée sont considérés comme des Bénéfices Industriels et Commerciaux. Ceux-ci doivent être imposés soit au micro BIC, soit au régime réel simplifié.

A lire également : Est-ce le bon moment d’investir en SCPI ?

Le régime micro BIC est le plus fréquent et très simple à mettre en place. Il vous permet de bénéficier d’un abattement de 50 % de vos revenus bruts (charges comprises). Vous bénéficiez de 71 % en cas de logement classé meublé de tourisme. Ce régime fiscal s’applique notamment lorsque les revenus locatifs annuels sont inférieurs à 33 200 €. De plus, ses formalités déclaratives sont très simples à suivre.

Contrairement à ce dernier, les formalités déclaratives et comptables d’un régime réel sont plus complexes. Il vous permet toutefois de déduire vos charges (honoraires, frais de gestion, taxe foncière, etc.) et d’amortir vos biens et votre mobilier. Ce régime fiscal s’applique plein droit lorsque les revenus locatifs annuels sont supérieurs à 33 200 € par an.

A voir aussi : Pourquoi investir en SCPI en 2022 ?

Location non meublée

En cas de location non meublée, deux régimes fiscaux sont applicables :

  • le régime micro foncier et
  • le régime réel d’imposition.

Votre choix dépendra du montant de vos recettes annuelles et de la nature des biens loués. Le régime micro foncier vous permet un abattement annuel de 30 % des charges liées à la location du bien. Les 70 % restants sont ajoutés à vos autres revenus imposables.

Il faut préciser que le régime micro foncier s’applique automatiquement lorsque les revenus locatifs annuels sont inférieurs à 15 000 euros. Par ailleurs, le régime réel vous permet de déduire les charges que vous avez supportées dans l’année de vos loyers. Vous pouvez surtout imputer :

  • les frais d’administration et de gestion locative ;
  • les primes d’assurance de vos biens loués ;
  • les intérêts d’emprunt ;
  • les dépenses de certains travaux ;
  • les impôts et les taxes afférant au bien, etc.

Sachez toutefois que ce régime fiscal s’applique automatiquement lorsque les revenus locatifs annuels sont supérieurs à 15 000 euros.

Vous l’aurez compris, le régime réel est généralement plus avantageux que ce soit dans le cadre d’une location meublée ou non meublée. Ce régime implique toutefois des formalités déclaratives et comptables plus lourdes.